Namibie

La route B1 conduit, malgré lui, notre fauve au guesthouse de Windkoek.
Le désert du Kalahari ! Le seul fait de prononcer ce nom me met en émoi

Direction le deuxième plus grand canyon au monde
D'improbables paysages défilent sous nos yeux

Nous comprenons pourquoi certaines visites sont à faire au lever du soleil
Paysage grandiose, époustouflant. La chaleur n'est plus la seule à nous écraser

Oui, je vais consacrer un article entier à l'installation au camping. Ça vaut le coup, parole de Mamie Patty !
Nous quittons sans regrets Swakopmund et nous nous invitons à nouveau dans le désert du Namib. Des km et des km de piste ondoyante, âpre, affutée sous les pattes de notre fauve. Il rugit de plaisir, bondit de joie, il retrouve la liberté. Pour un temps. Et puis d'autres fauves apparaissent, couverts de poussière, en bande ou solitaires. Mais toujours menés par des bipèdes prêts à en découdre avec Mère Nature. Vitesse au déplacement, cacophonie au selfie, cris au Tropique du...

Après 16 jours de piste sous un soleil de plomb, dans la chaleur et la poussière, à respirer un air brûlant, nous voici rendus au bord de l'océan atlantique
C'est un camping vraiment "nature", écologique qui nous attend au pied du Spitzkoppe

Afficher plus