En passant par High Line Park

Un froid mordant nous cueille à la sortie du Pod Tmes Square Hotel. Bonnet enfoncé, capuche rabattue, nous partons d'un pas vif vers l'Hudson River. Arrivés sur le quai, mon imagination se met en branle, je suis projetée dans une Amérique du passé, dans un New York en noir et blanc. Le photographe me suit. Pier 86 (quai 86), l'USS INTREPID, mis à flot le 26 avril 1943, domine de sa masse grise les petites embarcations touristiques qui promènent les visiteurs de New York sur l'Hudson. Rompu aux guerres du Pacifique et à la récupérations d'astronautes, ce vieux briscard subit un lifting complet et connait maintenant une deuxième vie comme musée : l'Intrepid Sea, Air and Museum.

Nous ne nous attardons pas, High Line Park nous attend. Un retour vers le futur? Pas vraiment. Des voies ferrées construites en 1930 traversent le West Side vers Meatpacking District, ancien quartier des abattoirs de New York. Désaffectée dans les années 80, cette ligne ferroviaire doit son salut dans les années 2000 à l'association "Les Amis de la High Line" et au soutien du maire de l'époque, Michael Bloomberg. Elle sera transformée en parc public. Des projets immobiliers voient régulièrement le jour, à l'image de cette étonnante construction : The Vessel. (A noter, entre le moment où je rédige l'article et notre promenade sur High Line Park, The vessel ouvrira ses portes au public le 18 mars 2019 et sa visite sera gratuite).

High Line Park, voie étrange inspirée de la Promenade Plantée parisienne qui commence sur 34ème street ou qui s'y termine, selon votre bon plaisir. Du verre et de l'acier, symbole du renouveau des quartiers qu'elle traverse, de Hell's Kitchen à Meatpacking District en passant par Chelsea. Ou l'inverse, selon votre bon plaisir.

Un voyage de 2,3 km entre un New York du XIXème siècle en pleine expansion et un New York du XXIème siècle, ultra moderne, ultra rapide, ultra vivant et toujours en pleine expansion....

...Un New York où les buildings d'aujourd'hui tentent de voler la vedette aux buildings d'hier. Osent capturer dans le reflet de leurs façades-miroir, les célèbres réservoirs qui ornent le sommet de leurs aînés...

...Un New York où  la High Line surplombe une 10ème avenue tout droit sortie d'un film des années 70, où le Street Art se veut comédie visuelle, symbole d'une nouvelle ère...

...Sous l’œil acéré mi-amusé et mi-complice d'un Andy Warhol universel, de toutes les époques.

High Line Park vous concède bien volontiers des vues au-delà de ses murs mais elle vous ramène vite dans son giron. Même si elle vous offre l'opportunité de la quitter à plusieurs endroits, elle fera tout pour vous garder jusqu'à Gansevoort street, dans le Meatpacking District.

High Line Park nous libère, je décide de rallier Spring Street. Le photographe continue de me suivre. Je sais qu'au MoMa Design Store, un chocolatier français y a ouvert une boutique éphémère. Son objectif aux aguets, l’œil photographique saisit le New York du passé, les célèbres échelles de secours qui strient de leurs marches innombrables les bâtiments de la Grosse Pomme.

Le XXIème siècle resurgit au moment où l'on s'y attend le moins : parkings surélevés aux prix prohibitifs, Street Art jaillissant de nulle part, New York ne cesse d'être une mine de surprises aux antipodes les unes des autres.

Le New York d'avant ne se laisse pas intimider par la modernité et a retrouvé son faste d'antan. Soho, quartier ultra branché et de la mode s'il en est, en est la preuve colorée. Mais ce ne sont pas les derniers créateurs en vogue ni les magasins de chaînes mondialement connus qui nous attirent. C'est notre gourmandise et notre côté cocardier français.

Cette marque 100%100 française connue maintenant dans le monde entier a pu ouvrir son premier pop-up au MoMa Design Store. Ah la France ! Ah le chocolat des Français !. Nous achetons une plaque et trouvons refuge au Starbucks du coin, histoire de nous réchauffer un peu.

La nuit est tombée sur New York, elle draine dans ses plis des new-yorkais fatigués qui rentrent chez eux et deux french tourists épuisés mais heureux. New York, New York is a wonderful town. New York du passé ou New York du futur, peu nous importe. Nous nous en moquons, nous sommes à New York. Et c'est le principal.