Bordeaux, Street Art sur la rive droite

Doudou, aujourd'hui  nous partons pour Darwin, on va aller voir du Street Art. Il paraît qu'il y a de superbes fresques à découvrir et que c'est le paradis pour l'art urbain! Une lueur d'incompréhension traverse le regard de mon chéri. Pourquoi lui parle-je de l'Australie ? Rien à voir, Doudou. Je te parle de Darwin Eco-système, un quartier alternatif de Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne. T'inquiète, je t'expliquerai sur le chemin. Enfin, je vais plutôt te lire ce que j'ai trouvé sur internet parce que c'est un peu complexe.

Extrait du site  officiel de l'Office du Tourisme de Bordeaux

"DARWIN est un lieu bordelais alternatif dédié au développement économique responsable, à l’entrepreneuriat social, à la transition écologique et à l’activisme citoyen. Darwin est un ambitieux projet de développement durable et de transition urbaine installé à Bordeaux dans l’ancienne caserne Niel, sur plus de 3 hectares d’anciennes friches militaires au bord de la Garonne. Un écosystème d’associations autour d’un espace de coworking et d’une pépinière d'entreprises dédiée à l'accompagnement des start-up et projets liés au développement durable ; d'un restaurant et d'une épicerie bio ; d'espaces associatifs, site permanent d’événements réflexifs et festifs". 

Le concept n'est pas neuf, il est remis au goût du jour. Au XIXème siècle, Sitting Bull a dit  : "Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas". Il n'était pas écologiste, il faisait simplement preuve de bon sens. Il est sans doute bon de le rappeler. (voir photo dans carré ci-dessous)

Mais nous somme venus surtout pour l'art urbain qui trouve, ici, un terrain de jeu artistique à sa mesure. Les fresques s'étalent sur des surfaces gigantesques, colorent le ciel gris d'un bleu qui se décline en une multitude de nuances.

Elles révèlent un skate park de 2800 m2 où le bruit assourdissant se répercute sur ses parois-musées ornées d’œuvres éphémères. Car le Street Art ne dure pas.

Aujourd'hui un félin darde son regard vert sur des mordus de la planche à roulettes. Demain il aura peut être disparu sous le graff d'un street artist de passage.

Que ce soit à Bordeaux ou ailleurs sur la planète, le Street Art porte dans son caractère éphémère, une renaissance immédiate. Les street artistes se succèdent, rivalisent.

Les 3 hectares de l'ancienne caserne Niel se recouvrent ainsi de tableaux temporels, dont l'impermanence est figée par l'art de la photographie.

Certaines fresques seront peut-être épargnées. Soit l'auteur est connu dans le milieu du graff soit la symbolique de l’œuvre est  trop forte pour fondre immédiatement dans l'oubli. Les autres sont irrémédiablement vouées à disparaître à peine nées.

Visages de célébrités, constructions sorties tout droit de Star Wars, inconnus, animaux, ... Tout se décline dans le Street Art. Comme un clin d’œil de cet art urbain voué à s'effacer envers une humanité prédestinée à disparaître ?

 2 sympathiques bordelais s'incrustent dans l’œil photographique. Nous entamons une discussion avec Tanya et Loïc qui acceptent volontiers de "poser pour la postérité". Leur bonne humeur, leur joie de vivre  et leur spontanéité nous rappellent que Bordeaux est une ville jeune et dynamique où il fait bon vivre. Que le bonheur et l'avenir se réinventent tous les jours pour ne pas disparaître.

Darwin Eco-système : 87 Quai des Queyries

                                                3100 Bordeaux

 


 

Avec l'âge, on a tendance à oublier certaines choses : jeunes ou vieux, il faut donc faire travailler sa mémoire. Si je vous dis : les photos et les textes sont de Doudou et de moi, ils sont notre propriété (voir mentions légales en bas de page). A quoi cela vous fait penser ? Bravo, vous avez trouvé. Vous savez donc ce qu'il vous reste à ne pas faire.  Et si vous nous contactiez?

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.