Etosha

Etosha, le paradis des animaux

Jeudi 19 octobre, en route pour ETOSHA. Chouette, chouette, paraît qu'il y a plein de zanimos et que les mirettes ne sauront plus où donner de la tête. Good morning la piste et les touristes qui vont avec. De la poussière devant et derrière nous signale les totomobiles, nous sommes sur le bon chemin. J'ai allumé le GPS, c'est rigolo et ça indique bien la route ce machin. Même que je peux lui demander le chemin jusqu'à la prochaine station essence. Ne riez pas, en France nous n'avons pas de GPS et en voyage, c'est la première fois qu'on en utilise un. Mais j'ai mes itinéraires papiers et mon road book, NA. Heureusement d'ailleurs, parce que des fois, c'est pas pour critiquer hein,  mais cet instrument va nous dire de tourner là où il n'y a pas de route ou de piste. Alors, pas de rires moqueurs.

 

Namutoni camp, Namibie, photo non libre de droits
Namutoni camp, Namibie, photo non libre de droits

Nous allons passer nos 2 premières nuits à NAMUTONI CAMP, emplacement 13. Normalement. L'endroit est super, très ombragé, douches et toilettes en dur. Nous déjeunons froid, trop chaud pour cuisiner. Nous réservons un safari de nuit et direction piscine, à l'ombre, avec un petit sac à dos rempli de petites bouteilles d'eau fraîche. Quand on dit qu'il fait chaud, il fait chaud et nous réglons leur compte aux bouteilles. Une petite sieste et un bon bain frais plus tard, il est temps de se rendre au waterhole du camp car le soleil décline et les animaux vont venir s'abreuver.

Elephants s'abreuvant, Namutoni camp, photo non libre de droits
Elephants s'abreuvant, Namutoni camp, photo non libre de droits

Incroyable ! à un mètre de nous et séparés uniquement par une fosse électrifiée, 3 éléphants dont un jeune nous font l'honneur de leur présence. Jumelles collées aux yeux, je scrute le moindre repli de peau, le petit œil qui, mine de rien, nous observe, nous jauge et nous juge. Doudou, très concentré et silencieux, se déplace comme un félin pour trouver le meilleur angle possible afin de les photographier sans les déranger.

Eléphant namibien, photo non libre de droits
Eléphant namibien, photo non libre de droits
Duo d'éléphants, photo non libre de droits
Duo d'éléphants, photo non libre de droits

Nous sommes seuls et restons silencieux, humbles. Pendant quelques minutes, le temps se fige. Mais déjà notre quiétude est troublée par d'autres campeurs. Si seulement ils pouvaient faire silence ! apparemment c'est un mot banni chez certains touristes. Nous quittons les lieux sur la pointe des pieds, histoire de leur faire passer un message. Peine perdue, certains humains ne comprennent que leur propre bêtise.

Safari de nuit, de jour, Namutoni camp

Nous avons dîné de bonne heure (voir article baby bush stove) car nous allons assister à un safari de nuit. D'après notre expérience en Afrique du sud, il fera froid alors nous prenons les polaires, mettons chaussettes et grosses chaussures. Nous pensons être parés. QUE NENNI ! nous avons oublié les doudounes. OUOUH, les quinquas qui roulent des mécaniques avec leur soi disant expérience due à l'âge; malgré les polaires nous seront gelés une partie de la balade. Quand il fait chaud, il fait chaud mais quand il fait froid, il fait froid. Surtout à bord d'une voiture ouverte.

Heureusement, le spectacle est à la hauteur : hyènes, rhinocéros et un lion dormant à côté d'une girafe morte qu'il a commencé à dépecer. D'après le guide, il restera là jusqu'à qu'il n'y ait plus rien à manger. Vu l'odeur pestilentielle qui se dégage du "resto" en plein air, cela doit faire un moment qu'il est attablé.

 

Le lendemain, nous repartons en safari , cette fois ci par nos propre moyens. Nous replions la tente et écumons les environs du camp : guépards en liberté à l'ombre (plaisir à l'état pur), herbivores se désaltérant ensemble autour des waterholes, mâle solitaire.

Gnous, ETOSHA, Namibie, photo non libre de droits
Gnous, ETOSHA, Namibie, photo non libre de droits
Bar des animaux, ETOSHA, photo non libre de droits
Bar des animaux, ETOSHA, photo non libre de droits
Eléphant solitaire, ETOSHA, photo non libre de droits
Eléphant solitaire, ETOSHA, photo non libre de droits

La lumière devient aveuglante, la chaleur étouffante, nous retournons au camp, direction l'emplacement 13. Mais, que voit-on ? un 4X4, tranquillement installé et qui a déjà déployé ses ailes de tente. Doudou se renseigne auprès du placier qui, confus nous avoue avoir fait une erreur et nous propose de nous installer sur un autre emplacement. Ah non, alors. Je veux retourner auprès de mon arbre sous lequel je campais heureuse. Il y a de l'ombre, et puis... et puis c'est mon emplacement à moi, là ! Et puis c'est pas ma faute si tous les matins nous devons emmener notre maison sur le dos. Ma mauvaise humeur pointe son nez tandis que celui de Doudou commence à tourner. Allez, faisons preuve de compréhension surtout que :

  1. le pauvre placier est bien gêné
  2. nous ne sommes pas ici pour nous disputer mais profiter d'un voyage exceptionnel 
  3. il  y a d'autres emplacements et que, du coup, on peut choisir
  4. demain, nous partons pour OKAUKUEJO CAMP

Nous changeons donc de point d'eau et d'électricité et tout le monde se calme. Mais quand même...