Retour du coup de gueule

Ça faisait longtemps !

Tiens donc ! J'avais oublié que j'avais créer une rubrique "Mes humeurs". Il faut dire que tenir un blog prend énormément de temps et que j'ai été "légèrement occupée" ces derniers mois" : entre la fin de ma rééducation, le voyage au Japon en septembre 2018, la rédaction des articles sur le Japon (j'y suis toujours), la semaine à Paris pour les fêtes de fin d'année (j'y suis encore), les différents weekends à Lille et à Amiens (ouf, c'est fait) et notre voyage impromptu à New York (c'est pas encore fait, je viens de rentrer !), le boulot, les petits enfants...Bref, après avoir écrit un article sur le sanctuaire de Kasuga-Taisha, le temple aux 3000 lanternes à Nara, l'envie de repousser un coup de gueule m'est revenu.

Kasuga-Taisha, le sanctuaire aux 3000 lanternes, Nara, photo non libre de droits
Kasuga-Taisha, le sanctuaire aux 3000 lanternes, Nara, photo non libre de droits

Imaginez un sanctuaire où règnent la paix, le calme et la sérénité. Imaginez, des chemins bordés de lanternes de pierre recouvertes de mousse. Imaginez des... Hordes de touristes déferlant dans les allées, perches à selfies au clair et se ruant  sur les lanternes, les chevaucher pour se tirer le portrait.

Lanternes de pierre à Kasuga-Taisha, Japon, photo non libre de droits
Lanternes de pierre à Kasuga-Taisha, Japon, photo non libre de droits

Il y a è ans, nous avions visité Kasuga-Taisha en toute quiétude, approché les bâtiments et baguenaudé dans le parc sans être assujettis à suivre des chemins balisés. Victime de son succès, le Japon a dû prendre des mesures et protéger ses monuments, temples, sanctuaires et jardins du vandalisme de touristes prêts à n'importe quoi pour ramener la photo du siècle, se faire mousser sur les réseaux sociaux.

Peu importe votre âge, si vous êtes incapables de respecter les biens matériels et immatériels de l'Humanité, restez chez vous ! Voyagez devant votre télé, vous ne ferez que du mal à vous-même, ça sera largement suffisant !