Nara, l'ancienne capitale japonaise

Doudou, dernière journée à Kyoto ! Nous partons à la campagne pour visiter Nara, ancienne capitale du Japon de 710 à 784. "C'est loin d'ici" ? Me demande un Doudou qui commence à fatiguer. A peu près la distance d'un marathon, lui réponds-je d'une voix claire et enjouée. Et je te rappelles que nous y avons été il y a 7 ans ! De vous à moi, je commence à fatiguer aussi. C'est pas qu'on a pris un coup de vieux mais nous avons vu un peu grand. Enchainer les villes, les trains et les visites épuisent les presque sexagénaires en devenir. Bon, j'avoue, nous avons pris un coup de vieux mais je refuse de nous écouter. Sus à Nara ! Un petit tour en train et nous voilà déposés, avec l'incontournable horde de touristes, à Nara dont les monuments historiques sont inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1998. On visite facilement la ville à pied mais comme nous avons un petit accès de flemmardise, nous prenons le bus jusqu'au "Grand Temple de l'Est", Tödai-Ji.

Tödai-Ji, le monumental temple au gigantesque Bouddha

Nandai-Mon, Tödai-Ji, Nara, photo non libre de droits
Nandai-Mon, Tödai-Ji, Nara, photo non libre de droits

"Ah oui, ça me dit quelque chose" ! s'exclame Doudou, l’œil déjà dans le viseur. Il mitraille Nandai-Mon, l'immense porte de 25 m en bois flanquée de 2 statues de 8 m de haut, représentant les deux rois (ou "Ni-ō"), du Tōdai-Ji   terrifiants gardiens du temple. Ils ont l'air terriblement méchants,  leur tête me fait penser à quelqu'un, dis-je en rigolant. Peut-être la tienne, Doudou ?

 Mi-figue, mi-raisin, mon cher mari continue son mitraillage et nous pénétrons dans l'enceinte du temple. Pour la petite histoire, sa construction débuta en 743,  fut détruit et reconstruit. Nous franchissons une deuxième porte, rouge, avant de pouvoir enfin admirer le gigantesque Daibutsu-Den. "C'est payant"? Demande un Doudou toujours très terre à terre. Ben oui, mais tu as le droit de photographier l'intérieur et tu peux garder tes chaussures. On ne peut pas tout avoir dans la vie !

Porte rouge de Tödai-Ji, Kansaï, Japon, phto non libre de droits
Porte rouge de Tödai-Ji, Kansaï, Japon, phto non libre de droits

Daibutsu-Den, la "salle du Grand Bouddha", offre à nos yeux la plus grande structure en bois du monde. 57 m de long, 50 m de large pour 47 m de haut. L'argent absent lors de sa deuxième reconstruction l'amputa d'1/3 de sa taille originelle. Ses murs de bois protègent la plus grande statue au monde de Daibutsu (Bouddha).

Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits
Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits

Du haut de ses 15 m, il embrasse de son regard bienveillant les humbles petits insectes qui bourdonnent autour de lui. Ses 250 tonnes de bronze trônent entre deux boddhisattva (état du Bouddha avant d'atteindre l'éveil).

Vairocana le Bouddha absolu, Nara, Japon, photo non libre de droits
Vairocana le Bouddha absolu, Nara, Japon, photo non libre de droits

Impassible et plongé dans une profonde réflexion, Bouddha esquisse de sa main droite le "geste qui rassure et apaise" notre état d'être humain en perpétuelle quête ... Mais de quoi ?

Daibutsu-Den, Tôdai-Ji, Japon, photo non libre de droits
Daibutsu-Den, Tôdai-Ji, Japon, photo non libre de droits

Derrière lui, 2 gardiens au visage féroce veillent à ce que nul être malveillant ne vienne troubler sa quiétude. Leur haute stature de terre et au cœur de bois en impose. Ils nous rappellent qu'il est Vairocana, le "Bouddha Absolu".

Gardien de Daibutsu, Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits
Gardien de Daibutsu, Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits
Gardien de Bouddha, Tödai-Ji, Japon, photo non libre de droits
Gardien de Bouddha, Tödai-Ji, Japon, photo non libre de droits
En quête d'Illumination, Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits
En quête d'Illumination, Daibutsu-Den, Nara, photo non libre de droits

le regard du dernier se pose sévèrement sur les petits insectes bourdonnants tentant  de traverser le pilier qui leur permettra, s'ils arrivent, d'atteindre L'Illumination dans une prochaine vie. Les enfants réussissent facilement la traversée dont l'ouverture, paraît-il, correspond à la narine de Bouddha. Il en est autrement pour les adultes dont les pensées pures disparaissent au fil du temps.

Un autre trésor national prend place devant Daibutsu-Den : une lanterne octogonale en bronze datant du VIIIème siècle expose ses 8 faces sculptées de motifs animaliers et de représentations de Bouddha. Contrairement au colossal bâtiment restauré au XVIIIème siècle, elle affiche son âge exact.

Binzuru-Sonja, toi le saint indien bouddhiste. Tu apportes la guérison aux malades, tu soignes les maux du corps si l'on te caresse. Qu'en est-il des maux de l'esprit ? Suffit-il d'effleurer le sommet de ton crâne nimbé de rouge, symbole de sagesse, pour guérir de nos tourments terrestres ?

Binzuru-Sonja, le guérisseur, Tödai-Ji, Kansaï, photo non libre de droits
Binzuru-Sonja, le guérisseur, Tödai-Ji, Kansaï, photo non libre de droits

C'était bien , hein, Doudou ? Quel endroit as-tu touché sur Binzuru-Sonja ? Moi, je l'ai touché partout, vu que j'ai mal... Partout ! As-tu caressé sa tête ? Peut-être que ça ferait repousser tes cheveux hi hi !

Immortalisation à Daibutsu-Den, Japon, photo non libre de droits
Immortalisation à Daibutsu-Den, Japon, photo non libre de droits