Fushimi Inari-Taisha, le sanctuaire de la Déesse Inari

Doudou est énervé, excité et son petit boîtier noir frémit d'impatience : nous visitons le plus grand sanctuaire shinto du Japon et son célèbre chemin balisé par 10 000 torii. "Cekoi son nom" ? Demande un Doudou toujours avide d'apprendre. Fushimi Inari-Taisha, répond une mamie toujours occupée à glaner des renseignements pour le Doudou " en question" (admirer le subtil jeu de mots ! ). Inari est la Déesse des céréales, plus particulièrement du riz et on l'associe également à la richesse et à l'abondance.  870 000m2 lui sont dédiés sur une colline du même nom. Son sanctuaire date de l'an 711, est constitué de plusieurs petits sanctuaires dont certains disséminés au creux de la colline.Un petit parcours de 2 heures pour grimper au sommet, ça te dit , mon Doudou chéri?

Fushimi Inari-Taisha, Kyoto, Japon
Fushimi Inari-Taisha, Kyoto, Japon

10 000 torii pour des souhaits

Un serpent rouge s'étire le long de la colline verdoyante. Il est né de dons faits par les humains en remerciement de souhaits formulés et de vœux exaucés. Il ondoie, s'étire entre les arbres. Il gravit nonchalamment les 233 mètres qui le séparent du sommet. Affamé au début de son ascension, il avale la nature humaine sur son passage. Peu importe qu'elle soit à l'origine de sa naissance et qu'elle vénère Inari.

Au fur et à mesure qu'il se hisse vers les hauteurs, les denrées se font rares. Il se permet alors quelques fantaisies, dilate ses écailles rouges et noires pour laisser pénétrer la lumière, se joue des arbres en rampant entre leurs troncs.

Ses 10 000 anneaux se déroulent voluptueusement, s'insinuent entre les arbres. Il se permet quelques haltes pour contempler les sanctuaires qui jalonnent son chemin.

Rencontres improbables avec des renards de pierre qui l'observent attentivement, nullement effrayés par sa présence silencieuse...Renards  symbolisant sur terre la Déesse Inari.

Il reprend sa montée sinueuse, se pose pour observer Kyoto à ses pieds. Mais il est rattrapé par la nuit, il lui faut stopper sa progression vers le sommet. Atteindre le sommet n'est pas une fin en soi, le chemin parcouru enrichit l'âme s'il est réalisé dans la sérénité.

Tu es content, Doudou? Tu as pu photographier Fushimi Inaru-Taisha ? Ben, moi je suis un peu frustrée. Nous n'avons pas pu grimper au sommet étant donné que tu as passé un temps infini à photographier, rephotographier, rerephotgraphier ! Va falloir que ça change parce que je ne vais pas rester sereine très longtemps, moi !


Avec l'âge, on a tendance à oublier certaines choses : jeunes ou vieux, il faut donc faire travailler sa mémoire. Si je vous dis : les photos et les textes sont de Doudou et de moi, ils sont notre propriété (voir mentions légales en bas de page). A quoi cela vous fait penser ? Bravo, vous avez trouvé. Vous savez donc ce qu'il vous reste à ne pas faire.  Et si vous nous contactiez?

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.