Le Fouquet's Barrière

Au coin de l'avenue des Champs Élysées et de l'avenue George V, Paris. Dimanche matin, 12h30,  nous sommes devant un hôtel dont le nom à lui seul fait tourner les têtes : Le Fouquet's Barrière. Le Fouquet's ! Le célébrissime nom d'une brasserie parisienne qui ne compte plus les personnalités qui ont défilé et défilent encore. Le Fouquet's ! Le célébrissime nom d'un hôtel 5 étoiles depuis 2006 où le charme discret d'un intérieur paisible côtoie le raffinement du luxe à la française, où les chambres contemplent la plus belle avenue du monde : Les Champs Élysées. Le Fouquet's, qui recèle un lieu enchanteur : le restaurant" Le Joy".

Le brunch de fin d'année  au Joy

Dès les portes franchies, Le parfum subtil qui flotte dans tous les établissements du groupe Barrière nous entraine dans son sillage. Devant nous un escalier tendu de tissu or s'élance vers le premier étage. Le Joy apparait, comme par magie, dans nos regards d'enfants émerveillés. Le personnel nous salue, nous accueille avec prévenance et simplicité, nous mène à notre table. L'instant ultime est là, celui où nous basculons dans un tourbillon de félicité.Je me cale confortablement dans un fauteuil de couleur or. Mon regard se porte sur le mur recouvert de livres...

 ...Puis sur le bar où la lumière coule à flots le long  de flacons délicats aux liquides précieux. Le photographe me quitte déjà, sait que je suis au Paradis. Il s 'empresse d'immortaliser la scène, la lumière se doit à l'intégralité du restaurant Le Joy.

Professionnelle, elle fait scintiller le sapin de Noël, se marie avec les couleurs , tourbillonne dans le Joy et allume des étincelles dans les yeux des gens.De façon impromptue, elle se glisse dans le champagne, éclabousse d'or les verres. Envoûtante, elle enflamme l'air d'éclats mordorés, ravit les pupilles, se faufile entre les couverts d'argent. Je lui emboîte le pas, mirettes écarquillées et papilles alléchées.

Subjugué, le capteur de lumière la courtise et l'accompagne. Elle vogue de buffets salés en buffets sucrés, vacille devant un risotto à la truffe, chancèle au pied d'une somptueuse tourte qu'un Père Noël doré lorgne avec gourmandise. Arrogante, elle navigue sur un coussin d'huitres, pêche au passage des cœurs de saumon fumé, gravit les pentes d'une colline de  foie gras, musarde entre les assiettes de charcuterie. Ensorceleuse, elle dépose fleurs et halos sur son passage, petits fragments d'étincelles de bonheur qui s'insinuent en chacun de nous.

Soudain, elle s'arrête, alléchée par les gourmandises sucrées qui s'imposent à elle. Elle hésite, oscille entre le délicat marron et le sulfureux chocolat, la douceur du citron meringué et la tendresse du cake. A moins qu'elle n'emprunte la route du Paris-Brest accompagné d'un cannelé de Bordeaux. Grisée, elle s'avoue vaincue et emporte tout dans ses étincelles de feu. Le photographe me rejoint, se repait des mets délicats collectés au gré de ma promenade enchantée.

Nos assiettes se remplissent et se vident au gré de nos envies. Les serveurs s'affairent autour de nous, devancent nos moindres désirs, s'assurent à chaque instant de notre bien-être. Luxe suprême où la personne est au cœur de toutes les attentions, dans l'élégance et la discrétion. Entre chaque bouchée, nos yeux vagabondent sur la terrasse. Le décor montagnard nous appelle,  entre chalet de bois blond façon 'Hôtel "Les Neiges" à Courchevel et forêt de sapins. La tentation est grande de déguster une coupe de champagne entouré d'une couverture en fausse fourrure, de s'évader pendant quelques instants de la capitale française

Mais il est si agréable de flâner dans les salons du rez de chaussée de  l'hôtel Fouquet's. De petites alcôves secrètes, des tissus dont les couleurs profondes répondent à une décoration luxueuse mais sans ostentation...Le photographe papillonne de salon en salon, caresse de son objectif les plumes d'un paon majestueux, prend un temps de pause...

Enfin, emprunte un corridor scintillant d'étoiles qui le porte vers  le lobby. Chuut, le silence apaisant ne sera pas troublé par le bruit de l’œil photographique,  il se retire discrètement sur la pointe  de l'objectif. Il reviendra probablement un autre jour,  accomplir la fin de sa mission: se complaire dans l'une des chambres, se délasser dans le prestigieux spa Diane Barrière, déguster u cocktail au bar "L'escadrille".

J'aime les hôtels qui ne ressemblent pas aux autres. J'aime les hôtels dont l'originalité ne se base pas sur les phénomènes de mode mais  sur l'élégance et le raffinement. J'aime les hôtels où, qui que vous soyez, l'on vous accueille avec la même joie et la même déférence. J'aime l'hôtel "Le Fouquet's Barrière".