Nuit voluptueuse à l'hôtel "Le Normandy"

Notre première découverte de l'hôtel "Le Normandy" date de quelques années. D'une époque où être "on the road" était synonyme de dodos pas chers, (souvenirs lointains de New York fin des années 90, de l'Inde et de la Thaïlande en sac à dos). D'une époque où nous admirions sa façade anglo-normande, ses colombages verts connus et reconnus dans le monde entier. Timides, émus devant tant de grâce et de charme, nous n'osions même pas franchir la porte tournante. Un jour, nous irons, n'est ce pas Doudou ? Un  jour, nous irons. Et, un jour...

 

"Le Normandy", l’Éblouissant

Un jour, nous avons franchi la porte tournante. Une fois, puis deux, puis trois. C'en était  fini de nous, le Normandy nous avait  ensorcelé. Chambre tendue de toile de Jouy, cocktails à se pâmer, repas fin et vin précieux, un monde où le temps après lequel nous courons semble suspendu.

Aujourd'hui, nous y retournons avec le suprême délice de le retrouver vêtu de ses nouveaux atours, chacun de nos sens aux aguets : œil mobile et pénétrant pour se repaître de la délicatesse de chaque objet, oreilles tendues pour s'abreuver de silence et de sérénité, papilles frémissantes pour savourer  les senteurs et délices d'un lieu dédié au bien-être.

Derrière cette façade légendaire, nous attendent des plaisirs infinis. Tout d'abord, des femmes et des hommes voués à nos désirs et à notre confort, puis des salons au luxe discret, au charme raffiné et cosy.

Intérieur jour, hôtel Normandy Barrière, photo non libre de droits
Intérieur jour, hôtel Normandy Barrière, photo non libre de droits

Bien sûr, nous sommes en avance. Qu'importe, le réceptionniste nous promet de nous joindre par téléphone si notre chambre est prête avant l'heure. Il est vrai que l'on peut bénéficier d'un départ retardé pour profiter plus longtemps de ce lieu magique qu'est l'hôtel Normandy. Hmmm, Monsieur le réceptionniste, j'en profiterais bien moi aussi pour demain. Tu es d'accord , Doudou ? Doudou j'adore cet endroit, acquiesce.

Un chat au Normady Barrière, Deauville, photo non libre de droits
Un chat au Normady Barrière, Deauville, photo non libre de droits

L'un des chats qui a élu domicile sur la toiture du Normandy nous regarde quitter notre havre de paix. Il rit dans ses moustaches, il sait très bien que nous reviendrons à l'heure pile du check-in pour prendre possession, et c'est bien l'expression, de notre chambre et profiter de tous les service offerts : sauna, hammam, piscine.

Pas de suite présidentielle mais une magnifique chambre  tendue d'une toile de Jouy arachnéenne et dotée d'une terrasse ensoleillée. Nous sommes en plein rêve. Doudou, ne dînerions-nous pas ici ce soir?  Mais bien sûr ! Et là, je fais un truc dont j'ai toujours rêvé : je prends le téléphone et j'appuie sur la touche restaurant. Une voix masculine me répond et m'appelle par mon nom. On me connaît !!! Pourtant, je ne suis ni une illustre actrice, encore moins une riche femme d'affaire. C'est ça, la classe. A  l'hôtel Normandy , peu importe qui vous êtes,  la prévenance, la considération sont présentes et constantes, votre personne est au cœur de toutes les attentions. Doudou me sourit, il se réjouit de me voir me comporter comme une princesse. La réservation au restaurant"La Belle Époque" est actée, nous profitons de notre terrasse, de la piscine et du spa.

Cour intérieure, Hôtel Normandy, photo non libre de droits
Cour intérieure, Hôtel Normandy, photo non libre de droits

Je prends mon temps, je me complais dans le rôle de l'actrice qui se prépare pour sa soirée : talons hauts, maquillage soigné, petite robe discrète mais élégante. Oui Doudou, va, promène toi et et donne à ton appareil photo ce qu'il demande : des images d'un endroit rêvé et idyllique. De la cour intérieure au salon, tout n'est que lumière et chatoiement.

Intérieur nuit, hôtel Normandy Barrière, photo non libre de droits
Intérieur nuit, hôtel Normandy Barrière, photo non libre de droits

Un instant de douce folie ? Le bar du Normandy

Ne pas s'installer confortablement au bar du Normandy pour y déguster un cocktail en compagnie des fantômes de Coco Chanel ou de Winston Churchill est un crime de lèse-majesté. Doudou le sobre pendant des années a découvert un jour le Mojito. Et lorsqu'il but le Mojito Royal du Normandy pour la première fois, il n'a eu de cesse de retrouver l'équivalent dans le monde entier. Nulle part ailleurs, il n'en n'existe de comparable. Quant à moi, je suis fidèle au Champagne Cocktail. Un délice pétillant aux saveurs orangés.

L'instant est précieux, léger comme les bulles de mon Champagne Cocktail, le temps s' égrène au tempo du piano. La volupté du luxe, le luxe du calme, le calme dans la volupté.

Fleur musicale, hôtel Normandy, Deauville, photo non libre de droits
Fleur musicale, hôtel Normandy, Deauville, photo non libre de droits

Un moment de délectation ? Le restaurant "La Belle Époque"

L'heure vient où les papilles réclament un bonheur sans nom, la dégustation de mets raffinés accompagnés d'un vin velouté aux arômes enchanteurs. Nous nous rendons au restaurant"La Belle Époque". De précieux flacons y brillent de mille feux tandis que de subtiles saveurs se dégustent à la lumière des lustres de cristal.

A soirée divine, sommeil divin. le Normandy s'endort, joyau incandescent dans la nuit.

Il est des réveils agréables à la perspective d'un petit déjeuner somptueux suivi d'une bouffée nostalgique à la pensée d'un départ imminent. Nous profitons jusqu'à la dernière goutte du départ tardif. Je me love dans tous les coins et recoins de l'hôtel Normandy avec mon ordi portable, je me fais tour à tour femme d'affaires importante, blogueuse-influenceuse, observatrice. Doudou déambule à nouveau, s'imprègne du raffinement intemporel de cet hôtel mythique. Puis, il me débusque, m'enlève. Nous devons quitter ce havre de paix. La fête est finie.