Le Palazzo Pitti et la Galleria dell'Accademia

La Galleria Palatina, une succession de salles aux trésors

Toujours bon pied, bon œil, Mamie Patty et Doudou s'en vont gaiement visiter ce matin le Palazzo Pitti. Quel air sévère avec ses 200 mètres de façade. On oublierait presque qu'il renferme la Galleria Palatina et son enfilade de salles aux trésors. Raphaël, Rubens, Le Titien, Canova, Il Caravaggio, Del Sarto, Le Perugin...tous réunis dans les anciens lieux de vie des Médicis aux noms tout aussi évocateurs et à la décoration riche et exceptionnelle : salle de Jupiter, de Mars, de Vénus, d'Apollon et de Saturne; salon d'Ulysse et salle de l'Illiade.

Les œuvres, s'enchevêtrent, se mêlent, les noms se bousculent. Je laisse mon regard errer de peinture en peinture, je renonce à en chercher le géniteur. L'appareil photo se charge de fixer la beauté et la magnificence,  il sera ma mémoire externe.

Doudou, j'ai besoin d'air et de la lumière du jour. Le Palazzo Pitti est un incontournable de Florence, ne pas y aller est une hérésie, il n'empêche que je commence à avoir un trop plein d'art et de culture. Heureusement que  le rendez-vous avec le grand David est prévu en milieu d'après midi. Ça nous laisse le temps de déambuler sans but précis.

La Galleria dell'Accademia

Prego, mais où est le début de la file d'attente pour la Galleria dell'Academia? Là-bas, tout au bout du bout ? Même si on a une réservation internet ? Vu que 90% des gens qui font la queue ont une réservation internet, ben faut attendre comme tout le monde. Et pas la peine de vous pointer à 14h avec une réservation pour 15h, vous êtes irrémédiablement refoulés. Normal, les touristes sont légion pour admirer les proportions énormes du David de Michel-Ange. 5,5 tonnes et 5,17 mètres de haut, du socle au sommet du crâne, tout en marbre de Carrare. Diantre ! Quel anatomie ! Des mains comme des battoirs et des détails intimes plus vrais que nature. La gent féminine se presse derrière la statue et rit dans toutes les nationalités. Curieuse, je suis le mouvement. Je vais pas faire ma fière non plus. Moi aussi j'éclate de rire. Hormis un fessier développé, David exhibe des traits anatomiques très... masculins. Je n'en dirai pas plus mesdames, allez donc satisfaire votre curiosité en direct hi hi.

Nous rentrons tranquillement à notre appartement. Ce soir, fiesta avec du bon vin, demain c'est relâche car c'est notre dernière journée à Florence. Promenade, flânerie, gelati, gastronomia italiana au programme.

Vino bianco italiano, Florence, photo non libre de droits
Vino bianco italiano, Florence, photo non libre de droits